" Les Métamorphoses "

___________________________________________________________

En janvier 2018, Opéra Nomade – qui travaillait depuis plusieurs années avec des orchestres constitués que la compagnie engageait pour ses tournées – a fait le pari un peu fou de créer son propre orchestre qui fonctionnerait sur le principe d’un pool d’une cinquantaine de musiciens choisis non seulement pour leurs capacités techniques et musicales individuelles, mais aussi par leur capacité à aborder avec la plus grande justesse stylistique sur instruments modernes des œuvres allant des classiques aux compositeurs du XXème siècle. Constitué sous le nom « Les Métamorphoses », ce jeune et brillant orchestre peut ainsi, dans l'esprit des écrits de Nikolaus Harnoncourt, parcourir un vaste répertoire allant des « Métamorphoses » de Dittersdorf à celles de Richard Strauss ou de Walter Braunfels. Dès ses début en janvier 2018, la jeune phalange s'est immédiatement fait remarquer par l’enthousiasme qui la portait dans « La Flûte enchantée » de Mozart en tournée française, et le « Barbier de Séville » de Rossini en tournée française et au Luxembourg. La presse a aussi souligné son engagement dans un programme consacré à « Vienne » à l’Opéra de Clermont-Ferrand en mars 2018 avec des œuvres vocales et symphoniques de Gustav Mahler, Franz Schreker et Alexander von Zemlinsky, se mettant ainsi au service d’un autre projet de leur chef Amaury du Closel, celui de la redécouverte des voix étouffées par les totalitarismes européens du XXème siècle. Ce dernier programme sera repris au Festival de la Chaise-Dieu le 25 août 2018 avec le baryton coréen Jiwon Song, Premier Prix du 25ème Concours international de chant de Clermont-Ferrand. Ils en ont pensé : "L'Orchestre Opéra Nomade (Les Métamorphoses) fait oublier ses effectifs limités par une splendeur sonore indéniable..." Jean-Luc Macia, Opéra Magazine mai 2018 "Amaury du Closel peut légitiment partager la couronne. Il conduit sans ciller l’Orchestre Opéra Nomade d’une battue vigoureuse. Sa dynamique narrative enflamme les pupitres des vents et pousse les cordes dans leurs retranchements. L’orchestre prend manifestement plaisir à saisir ainsi traits et accents à bras le corps afin d’exalter les phrasés." Roland Duclos, Opéra Magazine 11 avril 2018 "Le plateau vocal ne peut pas souffrir des attentifs et excellents musiciens de l'Opéra Nomade sous la direction d'Amaury du Closel, fin connaisseur du répertoire mozartien. Les intentions de l'orchestre sont toujours claires, les accents et les couleurs soignés, les traits précis, particulièrement chez les cordes... Jamais on ne peut se plaindre d'un mauvais équilibre avec le plateau." Olyrix mars 2018